août 9, 2022

À partir de quel âge on peut faire un piercing ?

Les tatouages et les piercings sont des exemples de modifications corporelles qui sont permanentes. Ils sont jugés suffisamment essentiels pour justifier une exigence d’âge minimum. Découvrez ce que la réglementation et la profession ont à dire sur le sujet de l’âge dans les sections ci-dessous.

Il existe un accord général
La majorité des experts ne perceront pas une personne de moins de 16 ans sans l’accord de ses parents ou tuteurs légaux et en présence d’un adulte. Dans les trois ans suivant le perçage d’un mineur, le perceur est tenu de présenter cette preuve d’autorisation aux autorités. Par conséquent, cet accord offre une protection juridique à toutes les parties concernées, y compris l’enfant, les parents – ou les tuteurs légaux – et le perceur, tout en les informant des dangers et des problèmes potentiels qui peuvent résulter du piercing. En effet, jusqu’à sa majorité, un enfant reste sous la surveillance de ses parents, et les spécialistes demanderont un document d’identification qui leur permettra d’apporter la preuve d’un lien familial tant avec l’enfant qu’avec l’adulte actuel.
En outre, les piercings des organes génitaux, des mamelons et de diverses surfaces ne sont normalement pratiqués que sur des personnes âgées de 16 ans, 18 ans ou plus.

Pour les enfants et les personnes n’ayant pas atteint l’âge de la majorité
En ce qui concerne les enfants, la profession doit être intransigeante, en refusant toute demande de services si une autorisation parentale documentée n’est pas fournie par le client, et en refusant de proposer des services si le client a moins de seize ans sans la supervision d’un adulte.
Pour les enfants de moins de 14 ans, la plupart des experts ne perceront le lobe de l’oreille que s’ils ont une autorisation écrite de leurs parents et s’ils sont présents au moment de la procédure.

Ce n’est qu’une fois qu’une personne a atteint l’âge de 14 ans que les perceurs consentent à effectuer des piercings du cartilage sur l’oreille, la lèvre, l’arcade sourcilière ou le nez, et uniquement en présence d’un parent.
Il est d’usage que les professionnels ne réalisent des piercings de la langue ou du nombril sur des personnes que lorsqu’elles ont 15 ou 16 ans, et uniquement avec l’approbation écrite d’un parent ou d’un tuteur légal, plutôt qu’en présence physique d’un parent ou d’un adulte de surveillance.

À partir de dix-huit ans et plus
Les professionnels ne consentiront à percer les mamelons et les organes génitaux que si le patient a atteint l’âge légal de la majorité, ce qui est compréhensible.

Toutefois, avant que l’expert ne commence à percer le corps de la personne, il l’éduque sur toutes les réalités du body piercing en général, ainsi que sur les subtilités du choix de la personne à percer. L’expert s’assure que son client est bien informé de tous les inconvénients (qu’ils soient professionnels ou quotidiens) et de toutes les exigences en matière d’entretien qui accompagnent ce type de modification du corps avant de procéder. Lorsqu’il s’agit de mineurs, en revanche, ces spécialistes prennent le temps de fournir à leur jeune client toutes les connaissances dont il a besoin pour prendre une décision qu’il ne regrettera pas. Même si un piercing peut guérir assez rapidement, les dangers d’infection ou de mauvaise manipulation sont bien réels et peuvent être extrêmement douloureux, surtout si le piercing est mal fait.

Aller plus loin
La réglementation de nombreux pays était autrefois assez stricte en ce qui concerne les modifications corporelles sur les enfants, seul le perçage des oreilles étant autorisé dans la majorité des cas. Aujourd’hui, les règles dans le monde sont devenues beaucoup plus libérales, permettant aux adolescents de se faire percer avec une autorisation parentale et en présence de leurs parents ou tuteurs légaux s’ils ont moins de seize ans. Ces garanties sont en place pour protéger non seulement le jeune, mais aussi les parents et le perceur professionnel.

Pour s’assurer que la plaie guérit correctement, les professionnels doivent faire venir leurs clients au moins une fois par mois jusqu’à ce que le piercing soit entièrement guéri. Cela leur permet de suivre l’évolution de la plaie et de proposer le traitement approprié. Pour les enfants, cette règle est indiscutablement applicable, et le professionnel devra faire en sorte que l’adulte accompagnateur encourage le client à revenir fréquemment si ce dernier a moins de 16 ans.
On ne saurait trop insister sur l’importance de l’hygiène dans la cicatrisation d’un piercing. Afin qu’un adulte soit informé des gestes à faire et de ceux à éviter pour l’entretien et la bonne cicatrisation du piercing, la législation exige la présence d’un parent pour tout piercing réalisé sur des mineurs de moins de seize ans.

Cependant, même si les perceurs acceptent de délivrer leurs services à des clients mineurs avec l’accord d’un parent et d’un adulte pour les moins de 16 ans, ils soulignent que cette modification corporelle est une décision délibérée et mûrement réfléchie de leur part. Les jeunes peuvent trouver que se faire percer les oreilles est inconfortable et difficile à gérer, même si le piercing peut être recouvert d’un pansement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.